Bob Dylan prix Nobel

Publié le 14 Octobre 2016

Moi j'étais fan de Dylan et je pense que cette génération de d’auteurs interprètes a fait beaucoup évoluer la poésie.

Oui avec Dylan les temps ont vraiment changé. Il a dépoussière les coincés de la littérature. Et nous aurions bien besoin d’un nouveau bol d'air ces temps-ci...

Je me fiche des prix, mais quand ils osent transgresser un peu les conventions… ça fait du bien

Quand même Dylan ça déménageait, bon on ne va pas jouer les vieux c… en se rappelant nos 15 ans, mais c’est bien cette génération qui nous fait rêver, nous a fait envoler.

Dylan c’était un géant de l’engagement, une figure de proue. Et puis la musique, il a fait traverser l’Atlantique à tous ces rythmes de blues, de jazz, de rock, de folk, il nous a transmis le meilleur de l’Amérique.

Oui mais à qui ?  C’est là où l’idée de qu’est-ce que la littérature se frotte… pas aux classes privilégiées (quoique) mais à un public populaire qui va guincher le samedi soir et qui se rassemble dans des fêtes ou dans les cafés devant les juke-box

Je ne dirais pas que je suis entrée en littérature avec Dylan… mais écouter Dylan et les Stones, cela a changé ma vision de la poésie, qui il est vrai dans les programmes scolaires s’arrêtait à Baudelaire. Ces chanteurs là avaient la rage! 

Il y avait les chanteurs français qui faisaient découvrir les poèmes d’Aragon,  mais la modernité c’était le mouvement de contestation beatnik, et c’était Dylan et Joan Baez. Et on adorait ça, c’était des mots, des engagements et un style nouveau, complètement nouveau , c’était un vent de liberté.

La littérature doit être du côté de la vie, et c’est bien cela que la voix nasillarde de Dylan, ses traits d’harmonica et ses musiques incroyables transmettent.

Ah c’est pas de la littérature… mais c’est quoi la littérature ?  les chansons de Dylan sont des textes, qui annoncent des temps nouveaux, ça c’est de la littérature !,

Ah oui, aussi Dylan nous entraîne dans un mouvement collectif de protestation, et c’est cette dimension qui me semble importante aujourd’hui pour réveiller le monde et le sortir de ses démons, dont le conformisme petit bourgeois des auto fictions et autres petites histoires de vie ! Dylan c’est l’engagement pour l’universel, c’est contre la guerre, c’est contre la société où on marchandise tout, c’est New York et sa bohème, l’art et la vie.

Oh bien sûr cela ne changera pas le monde, mais cela fait une piqure de rappel de ces années où on osait contester, c’est génial que le Nobel fasse ce signe, c’est une bonne nouvelle…

C’était qui les autres nobélisables ? On s’en fout finalement, là depuis deux jours on écoute Dylan, ses chansons n’ont pas pris une ride, contre la guerre, contre toutes les doctrines réacs etc… ça c’est de la littérature, c’est du débat d’idées, c’est des choix pour l’avenir.

Aujourd’hui dans les bouillons tièdes des émissions littéraires, on s’emmerde, vraiment on s’emmerde !

Et dans les débats littéraires où s’affrontent les petits égos aux dents bien acérées, on s’emmerde aussi, car rien de collectif n’est proposé, c’est toujours des petits moi moi moi qui cherchent à se mettre en avant, piétinent allégrement les copains, alors cette littérature-là, elle ne fait ni rêver, ni rencontrer, ni résister, elle sent la naphtaline des années sombres, elle sent le renfermé, et on a besoin d’air.

Ouais Dylan c’est un chanteur, et alors la poésie c’est l’oralité non ? et on va le redécouvrir, l’écouter, le fredonner, et on va le lire aussi. Ça changera des petites histoires à deux balles qu’on nous sert à longueur de radio ou télé.

Allez juste pour le plaisir allez écouter « just like a woman »

https://www.youtube.com/watch?v=ljbxm_sKC90&index=22&list=RD35gheud5xBo

 

 

 

 

 

Rédigé par nicoletta

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article